Présentation du rapport « Avancées vers l’éradication de la violence de genre dans les villes ibéro-américaines »

La présentation de « Avancées vers l’éradication de la violence de genre dans les villes ibéro-américaines », un rapport coordonné par l’Union des villes capitales ibéro-américaines (UCCI), auquel 22 villes de la région ont participé, aura lieu le 7 novembre prochain à 18h. Cet acte se déroulera dans la Maison du lecteur (salle 8) de l’espace Matadero Madrid, dans le cadre du IIe Forum mondial sur les violences urbaines et l’éducation pour la cohabitation et la paix.

Les antécédents et le contexte de l’analyse seront présentés par la coordinatrice de la culture de l’UCCI, Raquel Martínez-Gómez, tandis que la présentation du contenu de la publication sera assurée par la responsable du service d’égalité d’initiatives-CSE et co-auteure du document, Isabel Soriano.

De plus, au cours de cet acte les expériences de La Paz (Bolivie) et Ciudad Juárez (Mexique) pour réduire la violence de genre seront présentées. La secrétaire municipale pour l’éducation et la culture de La Paz, Heidi Mendoza, et la coordinatrice de résilience de Ciudad Juárez, Verónica González, animeront ces conférences.

À propos du rapport « Avancées vers l’éradication de la violence de genre dans les villes ibéro-américaines »

Les avancées législatives sont essentielles pour disposer de politiques publiques dotées de continuité dans le temps et qui puissent être garanties en tant que droits exigibles. À l’issue de l’analyse de la documentation présentée par les 22 villes de l’UCCI qui ont participé au rapport, on observe qu’en plus de compter sur le soutien de la réglementation nationale, les Gouvernements locaux ont créé des normes étant donné qu’il s’agit d’institutions proches des citoyens, fournisseuses de services et garantes des droits. Le contexte de chaque initiative dépend également de la nature politique et administrative de chaque ville, et des compétences qui lui sont assignées.

En général, depuis environ une décennie, on constate de grandes avancées en ce qui concerne l’incorporation d’une réglementation législative en matière d’égalité, ainsi que de prévention, d’assistance et d’éradication de la violence à l’égard des femmes et des jeunes filles. Bien que certaines villes maintiennent des concepts tombés en désuétude comme celui de « violence domestique », le fait est que dans quasiment toutes on trouve des références à la violence conjugale, au harcèlement, à la violence sexuelle, à la traite d’êtres humains à des fins sexuelles, à la consolidation de l’égalité au travail ou salariale ou à l’obligation institutionnelle d’utiliser un langage inclusif.

Néanmoins, il convient de garder à l’esprit qu’il existe toujours un important écart entre la réglementation législative et la pratique réelle des Gouvernements quant à son application et évaluation. Pour répondre à cette question, non seulement une volonté politique s’avère nécessaire, mais aussi des ressources humaines et matérielles adéquates pour couvrir les services et les propositions techniques prévues par les lois. Par conséquent, toutes les avancées des villes pour éradiquer les violences envers les femmes sont bienvenues et saluées, sans relâcher pour autant les efforts pour pointer du doigt les limitations qu’il existe toujours en la matière.

.